La pollution des masses d’eaux du bassin versant de la Canche par les produits phytosanitaires

Sur le bassin versant de la Canche, les eaux souterraines alimentent à 100% le territoire en eau potable. Le constat est préoccupant puisque la dégradation de la qualité de l’eau est telle qu’un report d’échéance pour atteindre le bon état qualitatif des masses d’eaux souterraines a été fixé à 2027.

C’est donc la qualité de l’eau qui pourrait réduire les stocks disponibles en eaux potable.

Différents dispositifs sont en place pour veiller à la protection de la ressource contre les pollutions et plus particulièrement les pollutions diffuses.

Les périmètres de protections des captages

Pour assurer la sécurité sanitaire de l’eau, la loi sur l’eau du 3 Janvier 1992 rend obligatoire la présence de périmètres de protection.

On distingue trois périmètres :

Le périmètre de protection immédiate : le site est clôturé, seule l’activité de maintenance de l’ouvrage ou d’entretien du périmètre est autorisée. L’objectif est d’empêcher la détérioration de l’ouvrage et le déversement de substances polluantes à proximité du captage.

Le périmètre de protection rapprochée : toute activité susceptible de provoquer une pollution y est interdite ou est soumise à prescription particulière (construction, dépôts, rejets …). Son objectif est de prévenir la migration des polluants vers l’ouvrage de captage.

Le périmètre de protection éloignée : ce périmètre est créé si certaines activités sont susceptibles d’être à l’origine de pollutions importantes. Ce secteur correspond généralement à la zone d’alimentation du point de captage, voire à l’ensemble du bassin versant. (facultatif)

Source : http://www.etapes-environnement.fr/pdc.html

 

L’état poursuit ces actions pour la mise en place de multiples mesures :

Opération de Reconquête  de la Qualité de l’Eau ( ORQUE)

Ce dispositif a été mis en place par l’Agence de l’eau Artois-Picardie. Il Prévoit une approche globale de tous les facteurs et de tous les acteurs qui peuvent avoir un impact sur les ressources en eau souterraine du territoire. La première étude de ce dispositif, est le Diagnostic Territorial Multi-Pressions (DTMP), qui  permet d’identifier et de localiser les différentes sources de pollution présentes sur le champ captant. L’objectif étant de pouvoir proposer un accompagnement adéquat dans la mise en place d’actions adaptées au contexte du champ captant.

Les captages Grenelles

Au travers de la loi grenelle 1,  plus de 500 captages ont été classés prioritaires sur le territoire français.

Le classement de ces captages se fait selon 3 critères : l’état de la ressource vis-à-vis des pollutions par les nitrates ou les pesticides ; le caractère stratégique de la ressource au vu de la population desservie, enfin la volonté de reconquérir certains captages abandonnés. Ce dispositif permet la lutte contre la pollution diffuse en protégeant l’air d’alimentation par des zones soumises aux contraintes environnementales (loi sur l’eau et milieux aquatique).

La pollution des nappes par les produits phytosanitaires

La pollution  peut se faire par ruissellement, par infiltration mais également par interaction entre la nappe et les cours d’eaux. Il y a des échanges permanents entre les cours d’eaux et les nappes phréatiques.

Ces échanges peuvent se faire de la nappe au cours d’eau, mais également vice versa. Une pollution de cours d’eau va se transmettre aux eaux de la nappe.

Retour